Le SCoT de la Bruche approuvé le 08 décembre 2016

1
Foire aux questions
Foire aux questions
 

Le territoire

Quelques éléments d’éclairage, issus des études préliminaires au SCoT, permettent de mieux cerner  le territoire du SCoT de la Bruche, ses points forts, ses points faibles et ses caractéristiques selon les zones géographiques. Ces éléments de cadrage et de synthèse sont complétés durant la phase de diagnostic du SCoT.

Globalement le territoire se découpe en 3 zones : Piémont et Plaine, Vallée, Haute-Vallée.

cliquez pour agrandir l'image

Traversant ces différentes parties, la Bruche représente un véritable trait d’union entre ces territoires parfois disparates.

La rivière avec sa vallée d’abord étroite puis plus large et enfin la plaine structure une organisation urbaine très linéaire regroupant  les grands réseaux de circulation et les noyaux urbains.

La Bruche bien que ne constituant qu’une superficie réduite du territoire, porte néanmoins  l’essentiel des enjeux.

Des milieux naturels et des paysages

Doté d’un patrimoine naturel caractérisé par les richesses de sa biodiversité, la qualité de ses paysages et ses spécificités rares, le territoire de la Bruche est aussi sous l’influence d’une forte présence de l’homme et de ses activités. Ces interactions homme/nature font des questions d’écologie et d’environnement au sens large des enjeux majeurs pour l’élaboration du SCoT. 

  • Des milieux riches et variés : Ripisylves, rivières, tourbières, marais en bord de cours d’eau, pelouses sèches, forêts de plaine et de montagne, prairies et milieux ouverts de montagnes… le territoire connaît une diversité remarquable de milieux naturels et d’espèces protégées emblématiques. Chacun abrite ses espèces d’exception, telles le lynx, le grand tétras, le saumon, le crapaud vert, le grand hamster, le papillon Maculinea, les orchidées sauvages… et ses espèces ordinaires telles le cerf, le sanglier, le chevreuil, les truites et les perches, les forêts de chênes, de hêtres, de saules et d’aulnes…
  • Des paysages caractéristiques : Ses paysages, composés en alternance de plaines, de vignobles, de vallées, de plateaux montagneux de la Haute-Bruche, de cours d’eau, de villes et de villages, de sommets vosgiens… constituent de véritables entités paysagères à mettre en valeur et à préserver.
  • Des ressources naturelles à préserver : Les ressources en énergie et en matière naturelle disponibles composent une autre richesse locale : bois énergie, bois de construction, parc éolien, micro-hydro-électricité, carrières de grès, terres cultivables, vignobles, prairies de montagnes…
  • Une cohabitation nécessaire : La Bruche n’est pas un élément statique, elle évolue selon les saisons et des épisodes météorologiques intenses peuvent entrainer des conséquences sur un territoire fortement peuplé et aménagé. L’exposition aux risques naturels d’inondations et de coulées de boue sur l’ensemble du Bassin Versant constitue un enjeu majeur pour le SCoT et en amont du territoire pour l’agglomération Strasbourgeoise.

Les hommes et leurs activités

  • Le SCoT compte environ 60 000 habitants, c’est 4 000 de plus qu’en 1999. C’est une des croissances les plus dynamiques dans le Bas-Rhin (+5,3%), moins marquée depuis 2000.
  • Sa population vieillit : l’habitant type a 40 à 60 ans, il est propriétaire d’une maison qu’il occupe désormais sans ses grands enfants qui ont quitté le territoire du SCoT. Le SCoT devra accompagner l’augmentation des +60 ans et tenir compte de leur précarité qui augmente.
  • On note une diminution du nombre de personnes par ménage, alors que sur le territoire, la taille des logements reste élevée : 52% de 5 pièces et + contre 10% de T1 et T2.

cliquez pour agrandir l'image

L’habitat :
Le territoire compte 71% de maisons individuelles et 75% de propriétaires, essentiellement hors des pôles urbains.
L’offre locative est restreinte et concentrée dans les pôles de Molsheim, Mutzig, Schirmeck.  53,4 % des ménages peuvent prétendre à un logement social.
Le niveau restreint de l’offre de logements limite la diversité sociale et pousse une partie de la population à quitter le territoire, avec à terme un risque de perte de services et d’équipements (écoles…).
Le territoire ne propose pas de vrai parcours résidentiel.

L’économie :
  • Avec 339 exploitations, l’agriculture et la viticulture sont encore très présentes sur le territoire, ainsi que l’élevage qui représente 74 exploitations. Outre sa finalité première, l’agriculture représente un réel outil de création, de préservation et de mise en valeur des paysages, particulièrement optimisée en Haute-Bruche.
  • L’industrie est encore très présente sur le territoire : de grandes unités industrielles et des fleurons de l’économie mondiale (Bugatti, Milipore, Lohr, etc.)  sont notamment implantées dans les nombreuses zones d’activités du territoire.
  • Les Zones d’Activités Economiques représentent 40% de l’emploi sur le SCoT. Elles sont fortement implantées en Plaine et le long de l’axe routier entre Mutzig et Schirmeck, qui dispose par ailleurs de friches industrielles conséquentes issues d’un riche passé manufacturier. Parmi les enjeux d’avenir : la mise en réseau, leurs complémentarités ou leurs spécificités.
  • La diversité du patrimoine naturelle, la spécificité des paysages ainsi qu’une histoire riche et ancienne permettent aux touristes de découvrir toute la palette de l’offre touristique alsacienne : Les sports d’hivers au Champ du Feu, la découverte des Vins d’Alsace sur le piémont viticole, le tourisme de mémoire et le tourisme industriel dans les villes et les vallées…
cliquez pour agrandir l'image
La mobilité :
La voiture est le premier mode de transport dans le SCoT. 10% des déplacements produisent 40% des kilomètres. La voie ferrée qui traverse la vallée, vers Saint-Dié d’un côté et Strasbourg de l’autre, présente un sérieux atout pour la mobilité des habitants du SCoT.
 
 
Afin d’en savoir plus sur ces sujets et sur toutes les autres thématiques dont se doit de traiter un SCoT, vous pouvez consulter le projet de diagnostic détaillé du territoire à la rubrique : « Les documents du SCoT »